Festival Brassens... Cette année, nous avons eu le plaisir et l'honneur d'acueillir Pierre Schuller, dynamique et actif "brassenssicole" au sein de son association "Auprès de son arbre" , homme chaleureux et passionné s'il en est,...

 

      De nombreux reportages et une foultitude d'informations toutes plus pertinentes les unes que les autres égaient son site que je vous invite fortement à visiter !

 

www.aupresdesonarbre.com

 

    Je ne résiste pas au plaisir de vous livrer un extrait de cette belle prose :

 

"Je n’étais jamais allé au festival de Coudoux qui célébrait cette année sa dixième édition et je regrette aujourd’hui d’avoir attendu aussi longtemps pour rencontrer cette équipe si sympathique et motivée d’AVVEC, association organisatrice qui a bien d’autres activités tout au long de l’année. Je prépare pour le site un petit reportage photos qui s’ajoutera bientôt aux 180 autres déjà publiés, mais sans attendre voici une photo de Rose-Marie Maho, la présidente d’AVVEC en compagnie de Jean-Luc, son époux et de Patrice, lors d’une intervention chantante le samedi matin à la bibliothèque du village :

 

cid:image001.jpg@01D3C90A.1E6F6870

 

La première des soirées du festival se déroula dans la salle de théâtre du Petit Duc, lieu musical emblématique d’Aix-en-Provence, avec en première partie la très chouette chorale d’AVVEC, puis Faustine, Walter, Patrice, Jean-Luc, Guy pour chacun, en soliste, une chanson de Brassens. En seconde partie, Michel Maestro et son éblouissant tour de chant où quelques œuvres du géant de Sète furent chantées avec du Brel, du Manset, du François Tomé, du Ferrat et aussi des chansons de Charlebois et de Richard Desjardins (à ma demande car je sais depuis plus de vingt ans le talent de Michel pour ce répertoire de la Belle province !). Michel Maestro rechantera le samedi soir en première partie du trio d’Olivier l’Hôte avec le même succès.

 

Le lendemain soir, vendredi, c’était la Saint-Patrick. Alors, après la chorale de nouveau sur scène, mais cette fois dans la belle et spacieuse salle des fêtes de Coudoux, petite évasion hors Géorgie avec des rythmes et des danses celtiques, de la Bretagne à l’Irlande, avec une formation de quatre excellents musiciens (deux frenchies, dont le Jean-Luc de la photo et deux british).

 

Le festival se clôtura le samedi soir dans une salle archi-comble (il fallut rajouter en dernière minute des chaises) avec une chorale encore plus épatante que les soirées précédentes, puis Michel Maestro (je ne vous dis pas le nombre de ses CDs vendus -secret d’Etat- témoignage évident de son succès) et pour terminer Olivier L’Hôte et ses deux musiciens, Raphaël Chetrit au violon et Bertrand Ray à la contrebasse.

J’avais déjà vu Olivier à St Gély du Fesc et au Parc Brassens de Paris et bien aimé déjà. Mais là, à Coudoux ce soir-là, une forme éblouissante dans son Brassens personnel et aussi dans ses propres compositions dont il nous a régalés avec trois titres choisis dans son dernier album pour terminer son tour de chant. Je ne sais pas si j’aurai le temps et la place de vous causer de son album « De la lune » dans cette lettre, mais j’y reviendrai certainement.

 

Bref, un beau et bon festival grâce à une équipe motivée, avec peu de moyens mais dynamique au possible. J’en ai profité pour faire un peu de tourisme, visiter Aix, me « taper » un aïoli sur le cours Mirabeau (au grand désespoir de Michel Maestro qui ne peut pas voir l’ail en peinture, ce qui est louche pour un natif de Nérac, ville d’Henri IV !) et faire un tour à Ventabren d’où l’on peut admirer d’un côté l’étang de Berre et de l’autre, la Sainte-Victoire, chère à Cézanne et à Emile Zola, l’auteur préféré de mon adolescence et que je révère toujours pour son rôle dans l’Affaire Dreyfus)

 

…/…